Abdelmoumène Khalifa : les Jardins d’Epicure (XVI)

Abdelmoumène Khalifa. Un rêve éphémère. D. R.
Abdelmoumène Khalifa. Un rêve éphémère. D. R.

Khalifa n’a sans doute jamais lu les lettres d’Epicure à Mécénée, ni pris le temps de connaître la théorie du plaisir chère à Aristippe de Cyrène, mais il fait de l’hédonisme son credo, et du plaisir et de son intensité extrême le principe de la morale et le but de la vie. Il se perd dans une quête effrénée des plaisirs du corps parce que plus importants à ses yeux que ceux de l’âme ; il se surprend à méditer sur ce qui procure le bonheur des sens, comprenant à tort ou à raison que ce sont là les éléments du bien vivre.
Je fis la rencontre, un jour, d’un jeune homme à l’aéroport d’Alger. Il avait l’allure vive, gigotant sans cesse, allant d’un coin du hall de l’aérogare à l’autre, une vingtaine de cartes d’accès en main. Je devais me rendre à Tunis pour un reportage sur une émission télévisée et c’est à lui que je devais m’adresser pour récupérer la mienne. Il me pria de le suivre jusqu’au comptoir de la compagnie aérienne et accomplit les formalités d’usage à ma place en un rien de temps. Très affable, quelques minutes ont suffi pour briser la glace et entrer ensemble dans la trivialité.
- Il me semble que je vous ai déjà vu, lui lançai-je.
- Peut-être…
- Rak daoula h’na ! (1)
- On peut dire. Ici, tout le monde me connaît.
- Et comment cela se fait-il ? Tu as déjà travaillé à l’aéroport ?
- Effectivement, j’ai travaillé à Khalifa Airways.
- Je me disais bien…
Providence ! Moi qui me triturais l’esprit depuis des semaines, cherchant mordicus le moindre détail, la moindre information sur le bonhomme, voilà que je tombe sur le bon tuyau. La discussion tourne à l’interrogatoire. J’enchaîne.
- Et qu’est-ce que tu faisais à Khalifa ?
- Un peu de tout.
Le désir ardent de tout savoir hic et nunc me monte à la tête. Je lui cite le nom de deux ou trois anciens collaborateurs de Khalifa.
- Et tu as travaillé avec Untel ?
- J’ai même travaillé avec Khalifa en personne !
- Ah bon ?
- Oui !
- Il était comment, Khalifa ?
La question interloque mon interlocuteur qui fronce les sourcils un moment, avant de répondre tout à son aise.
- C’était quelqu’un de formidable !
- C’est-à-dire ?
- Il dévorait la vie à pleines dents. Il aimait les plaisirs de la vie et tout le monde en profitait en même temps que lui.
- Les plaisirs de la vie ?
- Oui, les femmes, l’alcool et tout le reste, quoi !
- Ah !
Il n’est nul besoin de pénétrer dans les secrets d’alcôve pour savoir que Khalifa est un jouisseur invétéré. Une de ses relations aurait raconté qu’il lui arrivait même d’organiser des orgies en plein vol. L’expression «s’envoyer en l’air» prend tout son sens. Ceci expliquant cela, la faillite du Groupe Khalifa n’a rien de surprenant. La propulsion en catastrophe, en mars 2003, de sa tante Djaouida Djazaerli, juriste et proche collaboratrice du recteur de la Grande Mosquée de Paris, prouve, en tout cas, que les lubies du neveu prodigue sont loin de refléter le véritable état d’esprit qui règne dans le clan Khalifa.
Mohamed Lemkami raconte que la mère du milliardaire suait sang et eau à tenter de convaincre son rejeton de revenir dans le droit chemin. Elle voyait son fils «réussir» mais elle sentait au fond d’elle-même que quelque chose ne tournait pas rond.
Elle avait raison.
M. Aït Amara
(Fin)
(1) Tu es le maître des lieux.

Commentaires

MERCI. Comme on dit bèl dardja:"nasta3raf bikoum Algérie Patriotique" !!!!!!!!!!!!

@AP

Je trouve que vous manquez de correction et de virilité intellectuelle !!! Il n'est pas nécessaire de prôner des valeurs inhérentes à la démocratie, la transparence et la liberté d'expression, si de votre coté, vous nous empêchez de vous critiquer, et de critiquer votre ligne rédactionnelle.

Vous êtes les premiers à bafouer ce que vous défendez, ce qui est tout de même un comble !!!

En effet, hier, j'ai émis des réserves sur l'article ci-dessus, de M. Aït Amara, et cela, dans des termes respectueux, alors merci de le poster.

En outre, sachez que c'est une vraie frustration pour nous, de constater, que vous usez et abusez de votre pouvoir discrétionnaire, à mauvais escient.

PS: les coups de ciseaux ok, mais ne pas publier du tout alors que nous faisons le succès de votre site, non !!!

M. Aït Amara en connait des choses !!! Mais malheureusement toujours à posteriori !!! Dommage que toutes ces infos sont dans le domaine public, autrement, vous auriez eu le prix Pulitzer ou que sais-je encore comme récompense journalistique.

Outre cela M. Aït Amara, vous n'auriez pas des infos saillantes et sanguinolentes sur le Président, Said Bouteflika, Guaid Salah, Ould Kabliya, mohamed Mediène, Zerhouni ect... ??????

Ha là, vous devenez subitement avar d'anecdotes croustillantes, car il faut être courageux pour s'en prendre aux hommes forts du système et qui sont toujours en poste !!!

Comme c'est lâche de s'en prendre à un homme à terre !!! Le mec est à Londres en prison et vous continuez à le lyncher !!!

Vous savez ce que cela me rappelle ??? Et bien une belle phrase de Jean-François Kahn, ancien patron de Marianne, et qui disait: LÉCHER LÂCHER LYNCHER....

Je ne parle pas de vous dans le cas d’espèce,car j'ignore vos relations avec ce M.Khalifa et encore moins si vous le connaissiez, cependant vous participez de ce lynchage, qui ne vous honore pas, et qui est totalement anachronique, car le mec est déjà mort socialement.

PS: J’espère juste que vous ne prendrez pas mal mes remarques, mais je ne dois pas être le seul à le penser.

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Algérie Patriotique se veut un espace de débats et de réflexions. Notre équipe accueille avec enthousiasme ici vos commentaires et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Cependant, pour éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre modérateur seront publiés.