Khalifa Airways : victime collatérale de la guerre économique entre Airbus et Boeing ? (VIII)

Prendre l'avion devenait facile avec Khalifa Airways. New Press
Prendre l'avion devenait facile avec Khalifa Airways. New Press

La compagnie aérienne Khalifa Airways éblouit les Algériens, mais l’éclat est trompeur. Désormais, il devenait loisible de prendre les airs pour traverser d’une ville à une autre en un rien de temps. Les avions frappés à l’aigle bleu cassaient avec le rouge et blanc dominant d’Air Algérie, la compagnie nationale dont Khalifa Laroussi fut le tout premier directeur général. Lorsque la crise sécuritaire était à son apogée, les compagnies aériennes étrangères boudaient les aéroports algériens après le détournement de l’Airbus A320 d’Air France en 1994. Air Algérie prit sur elle de briser l’isolement imposé au pays, depuis. Ses aéronefs vieillissaient à vue d’œil mais cela ne l’empêcha pas de continuer à transporter les voyageurs algériens et les quelques étrangers qui osaient encore fouler le sol algérien. Pour des raisons éminemment politiques, le plus gros de ses vols était orienté vers les capitales étrangères, une façon pour les autorités algériennes, embourbées dans une lutte antiterroriste sans merci, de marquer la présence algérienne hors de ses frontières. En quelque sorte, Air Algérie jouait un rôle diplomatique.
Le marasme qui frappe le transport aérien n'épargne aucune compagnie mondiale, pas même les puissantes compagnies américaines prises dans le tourbillon d’une crise qui sera aggravée, plus tard, par les attentats du 11 septembre. British Airways annonce des comptes déficitaires avec une chute de plus de 97% de son bénéfice au dernier trimestre 2001 dont 40 millions de livres dans la semaine qui a suivi les attentats. 6 000 à 8 000 des 9 000 salariés sont menacés de licenciement économique. La Sabena est la première compagnie nationale de l'Union européenne à disparaître. Les autres ne se portent guère mieux. Le 17 novembre 1997, le conseil d'administration de la compagnie nationale belge prenait la décision la plus ambitieuse de l'histoire de la société en décidant d'acquérir 34 Airbus moyen-courrier de la famille A320 et d'amplifier le développement de la flotte long-courrier. Au total, les engagements pris ce jour-là représentaient 1,5 milliard d'euros, soit près de dix fois les fonds propres. Mais quatre ans plus tard, la plus ancienne compagnie aérienne européenne après la KLM est mise en faillite.
Khalifa a-t-il été pris dans le tumulte du trou d’air qui a entraîné une perte d’altitude pour Airbus et Boeing dans ce contexte économique morose ? Il se pourrait bien. C’est que la bataille qui met aux prises les deux géants mondiaux de l’aéronautique pèse lourd dans les relations entre Américains et Européens. Non seulement les Etats-Unis et l'Europe s'accusent mutuellement – et ouvertement – de subventions indues à leur constructeur respectif, mais la concurrence est telle que tous les coups sont permis. Grâce à un accord passé en 1992, chacun fermait les yeux sur les subventions directes ou indirectes reçues par l'autre, jusqu’au jour où le constructeur européen a imposé sa suprématie dans les carnets de commandes. Et la guerre a repris de plus belle, chacun accusant l'autre d’abuser des dégrèvements fiscaux et des soutiens aux exportations. La bataille commerciale a même pris une coloration diplomatique et s'est renforcée avec la campagne présidentielle aux Etats-Unis. La France se serait, alors, sentie trahie à la vue de son protégé signer un gros contrat avec Boeing et se prendre en photo à la Maison Blanche, serrant la main à George W. Bush.
Une hypothèse qui tenait la route lorsqu’on sait qu’Airbus peinait à décoller dans des pays comme le Japon, gros «consommateur» d’aéronefs. En effet, le premier avionneur mondial Airbus a décidé de renforcer sa filiale au Japon pour casser le monopole de Boeing. L’absence de concurrence au pays du Soleil levant fait que Boeing détient un monopole absolu. Ce qui a fait dire à un haut responsable d’Airbus : «Nous partons de 0% des commandes, cela peut difficilement être pire.» Perdre un client comme Khalifa dans ces circonstances, même si la compagnie privée algérienne est loin de peser aussi lourd que les compagnies nippones, peut tout de même saper le moral. D’ailleurs, Airbus échouera à quatre gros appels d’offres successifs, pour un total de près de 200 appareils, émanant des deux principales compagnies japonaises, Japan Airlines (Jal) et All Nippon Airways (Ana), entre juin 2003 et février 2005.
Début mars 2005, le président Bouteflika reçoit le ministre des Transports dans son bureau. L’entrevue est courte et l’ordre du jour précis : plus de compagnies aériennes privées avant cinq ans et des vols-taxi avec des modules de 50 places au maximum pour les compagnies en activité. Comprendre Aigle Azur, Star avion et Air Express. Arezki Idjerouidène, PDG d’Aigle Azur, qui ambitionne d’assurer des dessertes intérieures, avoue que l’Etat algérien a été échaudé par l’Affaire Khalifa et qu’il ne comptait pas trop sur un éventuel encouragement de sa part.
M. Aït Amara
Demain :
Protis sauve Marseille

Commentaires

Il faut dire que idjerouidene a organiser depuis des années les ventes de billets en dinars pour échapper au fisc français blanchiment d argent et il trimballer l argent blanchie lui et son fils dans des mallettes comme boillon leurs ami intime plus en contrôle judiciaire en algerie pour vol de l'état il faut dénoncer cet homme un escroc notoire d ailleurs les chinois ont virés son fils !! Non

«Qui veux gagner des millions» le jeu de jean pierre foucault.ne fait plus recette en france. moi je propose à la télévision algérien, de reprendre le concept du jeu..mais! changer les millions..par milliards, «qui veux gagner des milliards en algérie» ???. si non! y'a un autre jeu..comment devenir hommes politiques, ou opposants, ou bien grévistes??. la première bonne réponse à 2 cents {êtres d'une région frontalière avec le maroc}.la deuxièmes bonne réponse pour êtres opposants {c'est d'être salariés chez les quataris, et stagiaires à la CIA }et enfin les grévistes la bonne réponse { il faut être traître,imbécile,idiot,lâche,niveau intellectuel moins zéros ,comme la température.et de préférence laissés pousser la barbe et répétés à longueur de journée allah ou akbar...mème si tu est psychopath,pédophile,assassin,ou quelques chose du genres} ce jeu rapporte 6 cents.bref,en conclusion la situation et merdique..il faut un homme comme boumediene ..pour sauvée ce qui reste..c'est à dire..la sonatracht, la souveraineté de l'algérie et les vrais patriotes .

povre algeriens qui ne regarde pas plus loin que leur "nombril",khalifa ou pas les grands gagnant en eté airbus et les compagnie francaise aprés, quand au "peuple" algerien il na recolté que ce qu il a semé , monsieur khalifa merci.

Arrêtez messieurs "d’Algérie patriotique" de nous enfumer avec la saga des Khalifa !!!!

Parlez nous de Said Bouteflika, de Chakib Khalil, de Mezziane, Bouterfa ect..... Mais surtout, parlez nous de cette funeste idée qu'à ce Bouteflika de vouloir se présenter à un quatrième mandat !!! Un mort vivant de 80 ans au commande d'un pays, jeune, beau, ou, tout reste à faire, car il n'est pas trop tard !!!

J'ai l'impression en le voyant ce Boutef, de regarder un remake du clip Thriller !!!!!!!!

il était une fois un self made man in algeria. Pays où tout est biaisé d'avance, même le mensonge.

Le milliardaire lucky luc s'appelait abdel khalifa, comme aux pays des émirs khalifa. Sont père fut malgache et lui né algérien, bientôt pharmacien à ses heures.

Lucky luc profita d'un délit de désordre pour enfoncer son propre système dans la prévarication, sentant que son moment était venu. Ce sentiment lui a été soufflé par les amis de son père, le clan de tananarive qui avaient décidé de faire de lui la vitrine de la famille....

mais, les autres familles étaient aux aguets..et les poulpes commençaient à se demander sils étaient nés pour se préoccuper éternellement à remplir leur tube digestif de loubia et 3des...

Khalifa ou pas khalifa, de toutes les manières, ont a été bien servi par cette compagnie.

Un beau matin, from nowhere, monsieur Abdelmoumene Khalifa crée une banque sans que personne ne soit au courant d ou sort l argent. On ne connaît rien de la planification de la création de cette banque et par quels experts. Cette banque crée une compagnie aérienne en louant des avions sans aucune planification auparavant alors que les guerres des prix et coûts faisaient rage au niveau international. Des compagnies aérienne faisaient faillite un peu partout sur la planète. Quelle personne normale, prendrait un tel risque de créer une compagnie aérienne durant cette crise du transport aérien de l époque. L argent est dépensé sans aucun contrôle ni analyse ou étude coût/profit mais uniquement par décision de monsieur Abdelmoumene Khalifa de formation en pharmacie et aucune expereince dans la finance internationale ni du transport aérien…Bref on veut nous faire croire que ce n est pas de sa faute mais la faute des autres…Boeing et Airbus…!!!! Le gouvernement veut protéger les responsables de l escroquerie Khalifa ….and that’s it…!!!! Trouver des raisons plus intelligentes pour nous faire avaler cette couleuvre

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Algérie Patriotique se veut un espace de débats et de réflexions. Notre équipe accueille avec enthousiasme ici vos commentaires et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Cependant, pour éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre modérateur seront publiés.