Urgent

Les bulletins de Benflis collés deux par deux à Mila pour être invalidés lors du dépouillement

Le vote n'a toujours pas commencé dans la commune de Raffour à Bouira

Des surveillants n'ont pas d'agrément pour réceptionner les P.V. de dépouillement à Blida

Des portraits du candidat Bouteflika affichés dans certains bureaux de vote à Blida

La majorité des urnes dans les bureaux de vote à Tébessa ne sont pas scellées

La majorité des urnes ne sont pas scellées dans les bureaux de vote de Tébessa

La participation a atteint 23,25% à 14h00 (ministre de l’Intérieur)

Six personnes arrêtées et une quarantaine de blessés parmi les manifestants et les gendarmes à Haïzer (Bouira)

Un sondage donne Benflis vainqueur en France

Les premières estimations en Australie donnent Benflis largement en tête devant Bouteflika

Saïdani : «Le DRS n'a pas à enquêter sur la corruption»

Amar Saïdani. Anis/New Press
Amar Saïdani. Anis/New Press

Invité de l’émission «Point d’ordre», diffusée par la chaîne de télévision Al Arabiya aujourd’hui vendredi, le secrétaire général du FLN a démenti toute relation entre la restructuration de l’institution militaire, et notamment du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), et «les spéculations autour de la réélection ou du prolongement du mandat du président Bouteflika». Pour Amar Saïdani, «ces changements, bien étudiés par l’institution militaire, sont dictés par le souci d’une meilleure protection du pays, après avoir tiré la leçon des événements d’In Amenas, et aussi des menaces dans le voisinage et la situation qui prévaut dans la région, à laquelle il faudrait aussi faire face». Dans le même sillage, le patron du FLN justifie la dissolution de la police judiciaire du DRS, autre décision prise par le chef de l’Etat, en arguant que «la lutte contre la corruption ne doit pas être du ressort des services de renseignement, mais bien de la justice». «Toute autre analyse, dira-t-il, ne vise qu’à déstabiliser cette puissance institution qui a jusqu’ici fait preuve de cohésion». Evoquant l’hypothèse d’un quatrième mandat pour Bouteflika, Saïdani n’y va pas par quatre chemins, pour dire que «le programme du Président lui suffit pour briguer un quatrième mandat ou décréter un prolongement de l’actuel mandat». Commentant le dernier remaniement ministériel, Amar Saïdani défend le choix d’un exécutif de technocrates, estimant que cela «permettra aux partis de mener une campagne électorale propre, loin des crispations partisanes». Revenant sur l’épisode houleux de son élection à la tête du parti, Saïdani, qui se présente comme «l’homme de la rupture», se défend d’avoir être coopté par le président de la République, qui est aussi président d’honneur du FLN. «Le FLN, renchérit-il, est tellement bien implanté dans les rouages de l’Etat qu’il n’accepterait pas que lui soit dictée la démarche à suivre». A une question sur le «printemps arabe», il a eu cette réponse stéréotypée : «L’Algérie a connu son printemps en 1988, qui a mis fin au règne du parti unique et permis d’aller vers le multipartisme et la démocratie. Les pays arabes sont en train de vivre ce que nous avons vécu dans les années 1990.»
R. Mahmoudi
 

Commentaires

quand ça vient de si bas, ça ne doit pas remonter si haut .......

Partez messieurs les profiteurs et dites à vos complices de la mangeoire de faire de même s'ils ne veulent pas manger dans la mangeoire de Sarkji.

Si le DRS n'a pas pour mission d’enquêter sur les affaires de corruption soite, mais en contre partie ya t'il une justice indépendante, la réponse est non. Si c'est la DGSN et la gendarmerie ou une structure du ministère des finances travaille t il en toute liberté sans subir de pression politique et clanique. J'en doute.
Saadani parle d'un gouvernement de technocrate, si c'était le cas, pour quoi donc deux ministres sont chefs de parti: Ghoul et Benyounes et des nominations claniques à la tête des ministères de souveraineté intérieur et justice. Deux ministères qui auront la charge de superviser les prochaines élections présidentielles.

Saïdani : «Le DRS n'a pas à enquêter sur la corruption»...Bravo ya Si Saidani...vous avez raison pas d enquete sur la corruption par le DRS...J ai parle de cette situation avec des filles du plaisir place de la Madeleine a Paris...Du meme gabarit que nos corrompus algeriens...! Nombreuses se portent volontaires pour enqueter sur la corruption au Bled...Cependant ells veulent etre payees comptant pour leur travail...pas de cheque...de preference en dollars pour eviter les impots en France. Mais ells acceptant egalement des Euros

Actuellement, Bouteflika, malade, amoindri, éteint et sans aucune capacité de compréhension mentale des catastrophes économiques, sociales et humanitaires qui s’abattent sur l’Algérie, semble dire aux Algériens : Ma santé est plus importante que celle de l’Algérie ; mon pyjama et les vases des Invalides sont bien plus importants que votre drapeau »

Ce faisant et agissant ainsi, les comportements actuels du clan présidentiel régnant, le tsar invalide Abdelaziz et son héritier impérial, le Tsarévitch Saïd, me remontent le souvenir précis d’un écolier pied noir qui faisait tous les jours caca sur lui et qui ne voulait plus quitter son banc, même durant les récréations ou à la sortie des classes. De peur qu’on découvrit son drame. Le pauvre enfant voulait cacher ce que tout le monde savait par l’odeur et les mouches qui polluaient l’environnement de notre classe et de toute l’école. Il croyait être le seul à connaitre la merde sur laquelle il était assis. C’est exactement ce qui arrive maintenant au sieur Bouteflika et au frère héritier, le Tsarévitch Saïd, qui croient, tous seuls, que le peuple algérien ne sent pas les montagnes de merdes sur lesquelles ils sont assis ; englués et embourbés jusqu’aux oreilles.

Alors un scoop : Toute l’Algérie sait pourquoi ils veulent se maintenir à tout prix au pouvoir même au prix d’un ridicule jamais vu à la télévision ; une pitrerie horrible que les Algériens ne supportent pas, ne supportent plus ; du mépris à leur endroit ; signé, le Tsarévitch Saïd, ordonnant, nommant et décrétant à sa guise à la place et endroit du Tsar. Une de Raspoutine moins l’envergure. Tout le monde sait pourquoi le clan régnant ne veut pas aérer les placards glauques et faisandés de la République ; 50 ans de crimes, d’assassinats, de cadavres et des tas d’autres vilaines choses à cacher. Il y aussi et surtout les toutes dernières raisons supplémentaires de rester absolument au pouvoir ; à n’importe quel prix :

1. Eviter les procès Chakib Khelil et sa bande dont les Bedjaoui & autres mafias apparentées et associées.

2. Eviter le procès autoroute Est/Ouest où Ghoul et sa bande au pouvoir sont impliqués jusqu’à l’os.

3. Eviter les enquêtes sur les scandales General Electric et Alsthom (3 milliards de $ de pots de vins et surfacturation) impliquant Saïd Bouteflika, sa famille et sa bande

4. Eviter les scandales liés à la gestion des milliers de milliards du FNSA dont, entre autres, a été bénéficiaire (2800 milliards) M. Saadani, l’actuel patron du FLN alias le gassab.

5. Eviter de connaître la destination des fonds spéciaux affectés aux soutiens du clan présidentiel : zaouia, associations sportives, comités de soutien du président, partis politiques souteneurs, personnalités locales et étrangères, directeurs de journaux, police parallèle, rabatteurs et agents d’influence du clan, etc..

6. Cacher les bénéficiaires intuités personés des décrets présidentiels non publiables ayant profité aux proches (famille et parents, clan, amis et affidés soutenants, soutiens et rabatteurs)

7. Eviter de connaître la destination des recettes des hydrocarbures non budgétisées.

8. Eviter de connaître la destination finale des placements algériens concédés au trésor public américain pour soutenir ses guerres en Irak et en Afghanistan.

9. Cacher les bénéficiaires des ventes cash off shore du pétrole algérien à Londres et La Haye.

Par mon vécu depuis mon enfance et par les fonction de mon père Allah yerhmou, je sais que ce clan n'aime pas le peuple algérien. Il a œuvré depuis l’indépendance à réduire les personnes légitimes en comparse quand il ne les a pas éliminé. Il a spolié l’Algérie de toutes ses richesses humaines et matérielles. Il a abruti le peuple algérien par une politique destructrice. Il fait en sorte à ce que le peuple algérien n'ait plus de ressource pour se mettre sur pied, se construire et devenir le pays prospère qu'il devait être car ce pays ne pouvait qu'être riche après l’indépendance, vue les richesses qu'il a et qu'il a toujours eu. Je sais que ce groupe ne peut pas sentir le peuple algérien.

monsieur saidani ton étoile est sorti ton mieux pour toi ,mais il faut compter le nombre de marche, la chute est difficile. ne provoque pas la chance car chaque chose a une fin.

Non,il ignore comme tout bon ignorant avide de pouvoir qu'il a affaire à un grand état et non pas à la petite Tunisie déformée d'où il vient. Un tunisien qui gouverne l'Algérie, des tunisiens qui attaquent un site gazier. Cela ne vous dit rien?
wait and see.

Il se prend pour le porte parole de la présidence de la République ?
Après avoir remis à l'ordre Sellal, il se tourne aujourd'hui vers le DRS ?
Puissance, culot ou ignorance ?
Wet and see !

Ne pourraient-ils pas, une seule fois faire échec à cette politique de Bouteflika de diviser pour régner et s'unir pour mettre à la porte ou renvoyez chez lui leur ennemi commun ?

Que Sellal ne se trompe pas, le clan présidentiel lui en veut à mort au même titre qu'à Benflis d'ailleurs et a déjà lancé contre lui son pit bull d'El Oued qui ne cesse de répéter que le Gouvernement est un gouvernement de technocrates. Cela signifie donc que Sellal ne doit nourrir aucun espoir de devenir un jour Président de la République, comme le colporte une certaine presse car ce poste est désormais réservé à un membre du clan présidentiel.

A bon entendeur salut !

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Algérie Patriotique se veut un espace de débats et de réflexions. Notre équipe accueille avec enthousiasme ici vos commentaires et s'engage à respecter votre liberté d'expression. Cependant, pour éviter les abus et les contenus offensants, seuls les commentaires validés par notre modérateur seront publiés.