Urgent

Accidents de la route : 8 morts et 54 blessés en deux jours (Protection civile)

Les gardes-côtes déjouent une tentative d'émigration clandestine à Ghazaouet (ouest, MDN)

Ahmed Ben Bella, premier président de l'Algérie indépendante, inhumé au Carré des Martyrs à El Alia


Ahmed Ben Bella, premier président de l’Algérie indépendante, décédé mercredi à l’âge de 96 ans, a été inhumé vendredi après-midi au carré des Martyrs du cimetière El-Alia (Alger), en présence du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika.
De hauts responsables de l’Etat, des membres du gouvernement, des moudjahidine, des personnalités nationales et étrangères, des membres des corps constitués, des représentants du corps diplomatique accrédités en Algérie, ainsi que des amis et compagnons du défunt ont également assisté aux funérailles.
Auparavant, le cortège funèbre était arrivé à El-Alia où le corps du défunt, drapé de l’emblème national et porté par des éléments de l’Armée nationale populaire (ANP), a été déposé au carré des Martyrs sous un chapiteau érigé pour la circonstance.
Après la prière à la mémoire du défunt et l’oraison funèbre prononcée par le ministre des Moudjahidine, Mohamed Chérif Abbas, il a été procédé à la mise sous terre de la dépouille mortelle. M. Abbas a salué le combat et le parcours exemplaires du défunt. Une figure nationale, un révolutionnaire et homme d’Etat.
«Nous sommes rassemblés aujourd’hui pour accompagner à sa dernière demeure un grand homme qui a consacré toute son existence à l’Algérie et à son indépendance. Un sage qui a marqué à la fois l’histoire de la guerre de libération et celle de l’Algérie indépendante dont il fut le premier président», a-t-il souligné.
Le président Bouteflika avait auparavant accompagné le cortège funèbre du défunt Ahmed Ben Bella, qui s’est ébranlé du palais du Peuple vers le cimetière El Alia (Alger).
L’enterrement de Ben Bella s’est déroulé en présence d’une foule nombreuse parmi laquelle se trouvaient de hauts responsables de l’Etat, des personnalités politiques et des délégations étrangères venues rendre un dernier hommage au défunt.
Dans une ambiance de deuil et de recueillement, des centaines de citoyens se sont massés le long du passage du cortège funèbre pour saluer la mémoire de cette figure nationale historique.
Le cortège retransmis en direct par la télévision nationale a emprunté la rue Didouche Mourad, la Grande-Poste, le boulevard de l’ALN pour arriver au cimetière El Alia.
Le président Bouteflika avait décrété un deuil de huit jours sur l’ensemble du territoire national, suite à l’annoncé du décès de Ben Bella.