Urgent

Les présidents malien et burkinabè  se sont rendus dans le nord du Mali

La manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite (source policière)

Aucun survivant dans le crash de l'avion affrété par Air Algérie (Hollande)

Une des deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Nord-Mali récupérée (Hollande)

Accident de l'avion affrété par Air Algérie : un détachement militaire français se rend sur le site du crash

Au moins dix morts dans l'effondrement de deux immeubles en Egypte

L’otage de Béni Zmenzer (Beni Douala, Tizi Ouzou) a été libéré jeudi en début de soirée

L'épave de l'avion espagnol affrété par Air Algérie a été retrouvée au Mali (Elysée)

François Hollande s'est entretenu pendant 15 minutes avec Abdelmalek Sellal au téléphone

Le président malien affirme que l'épave de l'avion d'Air Algérie a été aperçu dans le nord du pays (Reuters)

Syrie : le recours d'Ankara à l'Otan ne fera qu'aggraver la situation


Le gouvernement syrien a qualifié samedi de propos «provocateurs» la déclaration du gouvernement turc évoquant un possible recours à l'Otan pour protéger les frontières turques, jugeant que cette initiative ne fera qu'«aggraver la situation en Syrie».
«Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu ont tenu des propos provocateurs qui visent à aggraver la situation en Syrie et affectent les relations bilatérales», a affirmé dans un communiqué le porte-parole des Affaires étrangères, Jihad Makdessi.
Il a également estimé que ces déclaration étaient «en contradiction» avec le plan de sortie de crise formulé par l'émissaire international Kofi Annan.
Le 12 avril dernier, M. Erdogan avait affirmé que «l'Otan a la responsabilité de protéger les frontières de la Turquie», après que des médias turcs avaient rapporté des tirs des forces syriennes vers le sol turc.
Juste après la déclaration d'Erdogan, M. Davutoglu a annoncé que la Turquie étudiait toutes les mesures qu'elle pourrait prendre si la poursuite des violences en Syrie continuait à provoquer l'afflux de dizaines de milliers de réfugiés sur son sol.
Ankara avait fait état de six blessés, dont deux membres du personnel turc, dans le camp turc de Kilis.