Urgent

Accidents de la circulation : 66 morts et près de 2 396 blessés en une semaine (Protection civile)

Le ministre allemand Gerd Müller accuse le Qatar de financer les djihadistes en Irak

Le journaliste américain James Foley enlevé en Syrie en 2012 décapité par les djihadistes de l'État islamique (Agence)

Le consulat du Maroc à Tripoli touché par des tirs croisés et des roquettes (officiels marocains)

Collision de deux avions de chasse Tornado de l'armée de l'air italienne, quatre militaires disparus

Décès du poète et journaliste palestinien Samih Al-Qâssim à l'âge de 75 ans

Syrie : le recours d'Ankara à l'Otan ne fera qu'aggraver la situation


Le gouvernement syrien a qualifié samedi de propos «provocateurs» la déclaration du gouvernement turc évoquant un possible recours à l'Otan pour protéger les frontières turques, jugeant que cette initiative ne fera qu'«aggraver la situation en Syrie».
«Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu ont tenu des propos provocateurs qui visent à aggraver la situation en Syrie et affectent les relations bilatérales», a affirmé dans un communiqué le porte-parole des Affaires étrangères, Jihad Makdessi.
Il a également estimé que ces déclaration étaient «en contradiction» avec le plan de sortie de crise formulé par l'émissaire international Kofi Annan.
Le 12 avril dernier, M. Erdogan avait affirmé que «l'Otan a la responsabilité de protéger les frontières de la Turquie», après que des médias turcs avaient rapporté des tirs des forces syriennes vers le sol turc.
Juste après la déclaration d'Erdogan, M. Davutoglu a annoncé que la Turquie étudiait toutes les mesures qu'elle pourrait prendre si la poursuite des violences en Syrie continuait à provoquer l'afflux de dizaines de milliers de réfugiés sur son sol.
Ankara avait fait état de six blessés, dont deux membres du personnel turc, dans le camp turc de Kilis.